Les “dommages collatéraux” passent à l’antenne.

Première de la chronique en tant que série télévisée

PUBLIÉE LE 02 déc. 2021 sur Reitschuster.de

Cliquez ici pour la conférence de presse

Ici pour le premier épisode : “Le journaliste”.

Chronique d’une maladie

La Corona rend malade. C’est ce que nous racontons. Des histoires qui ne font pas la une des médias. La série “Dommages collatéraux” est basée sur des témoignages de personnes concernées par la politique de Corona. Pour que personne ne puisse dire : “Nous ne savions pas” !

Les destins réfléchis, troublants et oppressants de personnes qui souffrent de mesures politiques sont désormais lancés sous forme de documentaires filmés.

Par Johanna et Frank Wahlig

COLLATERAL : série de reitschuster.de au format cinéma

Des millions de lecteurs. Des milliers de lettres de larmes, de compassion, de remerciements et d’encouragements adressées aux auteurs. La série “Kollateralschaden” sur reitschuster.de avait suscité un énorme écho. L’idée d’adapter “Kollateralschaden” au cinéma était née. Le producteur Robert Cibis, qui produit également pour ARTE et 3Sat, lancera la première saison sur dix chaînes différentes à partir de décembre.

Une idée qui devient une chronique : dommage collatéral

Cela ne devait pas être quelque chose de grandiose : Des petites histoires sur ce que le virus, ou plutôt les mesures prises par l’État pour le combattre, font aux gens. Des histoires aussi sur la manière dont l’État devient impitoyable et dur. L’idée d‘écrire ce qui est devenue une chronique de l’époque Corona.

Les dommages collatéraux : Le vieil homme

Tout a commencé en 2020 avec un vieil homme en Haute-Bavière qui n’avait plus le droit de recevoir de visites – interdiction de contact, interdiction de visite. Le vieil homme était un artisan, aucune dépression n’était connue, un voisin normal. Même pas un “grincheux”. Au lockdown, il était resté seul pendant des mois. Il était devenu vieux et solitaire. L’homme a enfilé son manteau dans le dur et humainement froid lockdown et s’est posté la nuit sur la voie ferrée du dernier train régional avant Munich. Le conducteur du train n’a pas vu le vieil homme, il a juste senti le choc.

Maintenant nouveau – avec ou sans logo

Le vieil homme est devenu un “dommage collatéral”, en quelque sorte. Il nous a semblé important de documenter le destin des victimes de la guerre menée par la politique contre un virus.

“Dommage collatéral” est devenu l’une des séries en ligne les plus lues dans les médias allemands. Les articles étaient troublants, parfois durs, mais objectifs et sobres. A une époque où l’Allemagne devenait hystérique, où les gens avaient peur des gens. Le virus de l’Asie de l’Est est devenu un parti de guerre.

Écrire rend solitaire … et permet de se faire de nouveaux amis

Les lecteurs ont réagi à ces histoires. Des millions de lecteurs, des milliers de mails. Les auteurs ont reçu des informations, des documents, des histoires. D’autres reportages sur les dommages collatéraux en ont résulté. Certaines personnes ont demandé de la discrétion, craignant pour leur emploi, leur réputation et leurs amitiés. A juste titre. Des collègues de l’ARD ont coupé les ponts avec nous, les auteurs. On nous reproche de faire le jeu des “mauvaises personnes”. Écrire peut rendre solitaire.

D’autres collègues ont écrit que nous étions courageux. Dans leurs rédactions, de telles histoires ne devraient pas être diffusées, écrites ou filmées. L’écriture crée des liens et de nouvelles amitiés. Cela aussi.

Nous, les auteurs, ma femme Johanna et moi, avons écrit des dizaines de reportages collatéraux, de nombreux lecteurs nous ont aidés. Nous avons parlé à des personnes avec lesquelles nous n’aurions peut-être jamais été en contact. Bien écrire crée aussi de la proximité et de nouvelles amitiés.

En été, Johanna et moi étions assis avec des connaissances dans un Biergarten bavarois. À la table voisine, des invités discutaient, penchés sur un article écrit sur un iPad et mis en ligne sur reitschuster.de. Un dommage collatéral. J’ai dit “bonjour”. La conversation s’est bien engagée. Ils voulaient payer notre facture, nous devions continuer, disaient-ils, absolument.

Notre bière, nous l’avons payée nous-mêmes, nous continuons.

NOUS SOUTENIR

Soutenez nos futures productions!

Vous pouvez faire un don par virement bancaire, PayPal et crypto-monnaie.



FAIRE UN DON

NOUS SUIVRE

Rejoindre la communauté

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux pour toutes les informations récentes!



Contenu associé