MOURIR DE CE QU’ON EST VIVANT

André COMTE SPONVILLE est l’un des philosophes français les plus influents de sa génération. Nourri de sagesse stoïcienne, toujours accompagné de son cher Montaigne, il analyse les dérives du panmédicalisme et du “sanitairement correct” que la gestion de la crise nous a imposés. Nos sociétés auraient-elles oublié que l’homme, avant de mourir de ce qu’il est malade, meurt de ce qu’il est vivant?




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?